Point de vue : protection sociale complémentaire des agents publics, entre promesses et attentes

1 min
temps de lecture

Dans le cadre de la loi de transformation de la Fonction Publique, la protection sociale complémentaire (PSC) des agents publics doit être redéfinie. Si les mesures d’évolution sont attendues fin 2020, début 2021, rien ne filtre aujourd’hui du côté des décideurs politiques.

A quoi peut-on s’attendre ? Amélioration des dispositifs existants, régression, uniformisation ? Quel contenu en santé, en prévoyance ? Quel financement affecté à la participation employeur ?

Les questions sont nombreuses, majeures dès lors qu’il s’agit des droits sociaux des agents publics, actifs comme retraités. Et les enjeux primordiaux si l’on veut supprimer l’iniquité existant aujourd’hui en ce domaine entre salariés de droit privé et agents publics.

La crise sanitaire que nous traversons remet en lumière avec force tous les éléments de ce dossier, en soulignant notamment le rôle essentiel en première ligne des agents publics.

Et suscite d’autres interrogations.

En effet, dans ce contexte, la reconnaissance promise par les pouvoirs publics envers les agents « embarquera »-t-elle aussi les problématiques de leur protection sociale ?  A moins que ces dernières soient sacrifiées sur l’autel des arbitrages gouvernementaux.

La période qui s’ouvre nécessite donc vigilance et détermination.

Vigilance car trop souvent les promesses ne se traduisent pas toujours en actes concrets, au mieux pas complètement, et un retour au monde d’avant, dans lequel les droits des agents publics étaient loin d’être pris en compte et valorisés, peut-être redouté.

Détermination car le mouvement mutualiste fonctionnaire, sous l’égide de la Mutualité Fonction Publique (MFP) et en lien avec les fédérations syndicales de la Fonction publique, continuera à agir et faire entendre sa voix pour défendre les intérêts des fonctionnaires. Une « parole collective », à laquelle participera évidemment la MGEFI, permettra de faire connaitre nos attentes et nos demandes sur les futurs dispositifs de participation publique au financement de la complémentaire santé des personnels publics.

Maintien d’un couplage santé/prévoyance et renforcement des garanties à destination des actifs et des retraités, plus grande valorisation  des mécanismes de solidarité, augmentation significative de la participation de l’employeur seront les principaux axes de revendication que fera valoir notre Mutuelle dans cette démarche collective.

Serge BRICHET , Président de la MGEFI

DÉCOUVREZ D'AUTRES ENGAGEMENTS 2019